Addictions

Addictions
Synopsis

Cliquez sur les images pour les agrandir

Synopsis

Dans l’exposition “Se7en Heaven – de la tourmente à l’extase’’, qui s’est tenue à la Sala Monteleone ou siège du Conseil régional de Calabre, Minoliti aborde le délicate sujet des addictions et des obsessions. Une dépendance est une altération du comportement qui devient un état pathologique, s’insinuant dans le cerveau d’une manière sournoisement, sans avoir le choix de la laisser entrer ou non. L’individu dépendant, en effet, tend à perdre la capacité de contrôle sur l’habitude.

Et c’est précisément ce manque de contrôle ‘’d’entrée’’ et les compulsions, malgré la pleine conscience de soi, qu’a conduit l’artiste à créer l’œuvre “Read carefully the leaflet”. Une tête entièrement recouverte d’un large éventail des pilules avec un antibiotique dans la bouche, prêtes à être ingérées, représente l’hypocondrie. Le titre lui-même se veut explicatif et provocateur, mettant en évidence le mot ‘’attentivement’’. En fait, les sujets hypocondriaques sont caractérisés par un souci constant de leur propre santé et par la tendance anxieuse, voire obsessionnelle, à surestimer chaque minimum perturbation.  

’Bluff’’ c’est une œuvre destinée à représenter le jeu pathologique, un véritable tour de passe-passe pour le cerveau. Une carte de poker coincée dan un cerveau qui saigne pourrai semblent trop grossières aux yeux de l’observateur, mais rien n’est si on compare aux dommages psychologiques et économiques que peut causer le jeu.

En fait, c’est l’une des dépendances les plus dévastatrices et il est de plus en plus chez les jeunes. Il a un lien étroit avec la toxicomanie. Ainsi, le joueur pathologique montre une perte de contrôle, augmente la fréquence des paris, le temps passé à jouer, la somme dépensée dans le tentative apparente de récupérer leurs partes, en investissant plus que ce qu’ils peuvent se permettre.

L’allégorie derrière l’œuvre “Target”  c’est trop évident. Deux cigarettes se présentent sous la forme d’un fusil à double canon. La seule vision évoquerait des scénarios de mort et de destruction massive.

L’artiste lui-même, en revanche, accomplit un acte de destruction, de création, en miettes les cigarettes nécessaires à la réalisation de l’œuvre. En fait, l’intérieur des deux fûts est rempli de vrai tabac, fabriqué à partir de nombreuses cigarettes détruites, données par des amis fumeurs. Le cigarette/fusil de chasse enferme, révèle et déclenche une alarme de douleur.